Vie pratique

Conseils et informations sur la vie des bébés pour les jeunes parents ou sur leur grossesse afin d'aider les femmes enceintes.


Exercices de relaxation

 

 

 

 

Exercices de relaxation pendant la grossesse

 

 

 

 

yoga-femme-enceinte-yoga-maternite-la-rochelle.jpg

 

 

 

 

La future maman est pendant la grossesse psychiquement et physiquement toute chamboulée. Changement hormonaux, sautes d’humeur, irritabilité, grande fatigue, stress, angoisse, déprime… Des séances de relaxation régulières peuvent aider à retrouver la sérénité nécessaire pour maman et bébé qui dans son cocon ressent bien plus de choses que l’on ne croit.

 

Position en tailleur

 

Asseyez-vous en tailleur le dos bien droit. Placez les mains en prière sur le cœur. Joignez vos doigts au niveau de la 1ère phalange seulement. Les pouces sont repliés dans les paumes et les index repliés par-dessus les pouces. Fermez les yeux, relâchez tous vos muscles et inspirez profondément la bouche légèrement ouverte en poussant sur vos doigts. Quand vous vous sentez prête, bloquez la respiration 10 secondes et expirez en relâchant les mains.

 

Position debout

 

Adossez-vous contre un mur, vos pieds à 25 cm de distance. Votre dos est bien à plat, les lombaires et les reins bien en contact avec la surface du mur. Fermez les yeux et gardez cette pose pendant une minute

 

Position assise

 

S’asseoir confortablement quand on est enceinte peut s’avérer difficile. Votre ventre pèse lourd et appuie sur certains organes, le dos tire et fait mal… Si vous travaillez assise à un bureau, cet exercice est idéal. Asseyez-vous le dos bien droit sur une chaise droite, les fesses calées au fond du siège, les pieds à plat sur le sol. Levez les bras, croisez les doigts, tournez les paumes vers le ciel. Tirez sur vos bras comme pour atteindre le plafond tout en respirant profondément. 

 

Position allongée sur le côté

 

Les femmes en fin de grossesse aiment particulièrement cet exercice. Mettez-vous sur le côté où vous vous sentez le mieux. Les jambes sont légèrement fléchies et la tête posée sur votre bras. La jambe supérieure est remontée à mi-chemin entre la cuisse de l’autre jambe et l’axe de la colonne vertébrale. 

 

Position allongée sur le dos

 

Allongez-vous au sol. Pour plus de confort, placez un oreiller pour surélever la tête. Empilez des coussins et posez vos mollets dessus. Vous pouvez les poser sur votre canapé s’il est bas. Inspirez et expirez calmement. Ces moments rien qu’à vous vous permettront de vous blottir votre bulle, de retrouver calme et sérénité et de communiquer intensément avec votre bébé.

 

 

 


18/09/2018
0 Poster un commentaire

Arrivée de l'automne

 

 

 

Préparer votre bébé à l'arrivée de l'automne

 

 

 

740_espacebuzz5617ff1146886.jpg

 

 

 

 

Quand l'automne arrive, comment faire pour protéger votre bébé des changements de température et de l'arrivée des premiers froids. Au cours de ce processus de changement, il est important de prendre des mesures pour assurer le bien-être de votre bébé et d’éviter qu’il ne ressente les variations de température.

 

 

 

Quelques conseils pour préparer votre bébé avant l'arrivée de l'automne :

 

 

Évitez d'exposer votre bébé à des changements brusques de température. Avec le fort contraste propre au passage de septembre à octobre, lorsque qu’il fait chaud le jour et froid la nuit et au lever du jour, vous devez protéger votre enfant. Essayez de le couvrir lorsque c’est nécessaire, mais ne le faites pas de façon excessive. D'autre part, pensez à sortir le promener aux moments de la journée où le contraste thermique est moins perceptible.

 

 Pour savoir si votre enfant à chaud ou froid, gardez à l'esprit que la température corporelle se prend dans la nuque et dans le cou. Le mécanisme de thermorégulation du nouveau-né n'est pas encore entièrement développé, si bien que certains signes (transpiration ou mains froides) peuvent vous induire en erreur.

 

Votre foyer doit être à une température convenable d'environ 20°C. Une atmosphère trop sèche empêche le corps du nourrisson d’expulser correctement les impuretés, en raison de l'obstruction de son nez.

 

 La peau du bébé doit bénéficier d'une protection et d’une hydratation adéquate, pour éviter que le vent n’agresse sa peau délicate. Pour éviter d’éventuels rhumes, une alimentation spécifique est essentielle.

 

 

 

 


18/09/2018
0 Poster un commentaire

Lunettes de soleil pour nos enfants, comment choisir??

 

 

 

Comment choisir des lunettes de soleil pour ses enfants ?

 

 

 

 

enfant plage.jpg

 

 

 

Les yeux des enfants sont plus perméables que ceux des adultes. Jusqu'à douze ans, le cristallin qui permet de voir de près n'est pas totalement formé et n'arrête donc pas les UV. Il faut donc bien veiller à le protéger avec des lunettes de soleil adaptées, jusqu'à ce que l'enfant ait au moins douze ans.

 

 

Quels verres sont recommandés ?

 

Pour les lunettes de soleil des enfants, il faut privilégier une sécurité maximum. Le mieux est de choisir des verres capables de filtrer les UV efficacement. Il est  important de s'assurer que la marque CE soit présente sur la paire de lunettes de soleil choisie. L'indice de protection doit être également estampillé sur le verre au moment de l'achat. Pour les lunettes d'un enfant, l'indice de 4 est préférable, cette catégorie de verres procure une protection dite de glacier. Elle ne laisse passer que 15 % de la lumière.

 

 

Lunettes de soleil quelle monture ?

 

Entre 0 et 5 ans, il faut choisir une monture en plastique, qui a l'avantage de ne pas casser ou se déformer. L'absence de plaquettes au niveau du nez évitera à l'enfant de se blesser en cas de chute.

Avant 2 ans, l'enfant est dépourvu d'arête nasale. La paire de lunettes de soleil doit donc avoir une géométrie particulière au niveau du nez ou être dotée d'un "nez" en silicone.

Enfin, la monture doit épouser parfaitement le sourcil pour éviter que le petit ne regarde au-dessus de ses lunettes. N'hésitez pas à privilégier également des formes rondes, sans angles qui couvrent mieux le champ visuel. Enfin, le cordon s'avère toujours utile pour ne pas perdre ses jolies lunettes de soleil.

En règle générale, les lunettes de soleil doivent absolument être adaptées au visage de chaque enfants .

 

 

Faut-il adapter ses lunettes de soleil en fonction de sa destination de voyage ?

 

Si vous partez 2-3 jours à la mer ou à la montage, pas besoin d'investir. La paire de lunettes de soleil habituelle fera l'affaire ! Si le voyage est plus long, il est temps d'investir car la réverbération du soleil peut devenir dangereuse. Sur les lunettes de soleil de l'enfant, on appose alors un film polarisant qui lutte contre cette réverbération. Le petit pourra alors regarder la mer, le soleil ou la neige sans avoir mal aux yeux.

 

 

Quelles lunettes de soleil peut porter un enfant qui a déjà des lunettes correctrices ?

 

Deux solutions, ils peuvent opter dans un premier temps pour des verres photochromiques. Ces verres s'assombrissent quand il y a trop de soleil. Ils restent cependant assez coûteux et les instituteurs ne les apprécient pas forcément car ils deviennent sombres durant les cours, quand le soleil entre dans les salles de classes.

 

 

 

 


30/05/2018
0 Poster un commentaire

La kiné respiratoire

 

 

 

La kiné respiratoire pour soigner la bronchiolite

 

 

 

 

La-kine-respiratoire-pour-soigner-la-bronchiolite1.jpg

 

 

 

 

Chaque année, la bronchiolite déferle en hiver et touche en priorité les bébés. Si parfois de simples gestes à la maison suffisent à les soulager, le recours à la kinésithérapie respiratoire reste le seul moyen efficace pour dégager les bronches des tout-petits. Les clés pour comprendre cette pratique.

 

 

La bronchiolite, qu’est-ce que c’est ?

 

Le virus de la bronchiolite, qui fait moucher, tousser, ronfler les bébés pendant au moins huit jours, pointe généralement son nez à partir de la mi-octobre. Un virus pas méchant, mais encombrant. En guise de traitement, il faut simplement nettoyer le nez, hydrater et recourir aux mains habiles d’un kiné, si besoin, pour dégager les bronches encombrées du bébé.

 

La kiné respiratoire étape par étape

Dès les premiers signes d’une bronchiolite (quintes de toux, respiration sifflante…), il est indispensable de consulter son pédiatre ou médecin généraliste. Une fois le diagnostic posé, il peut prescrire à votre bébé des séances de kinésithérapie respiratoire. Par contre, si après un examen approfondi, il ne décèle qu’une bronchiolite légère, le traitement par kiné respiratoire n’est pas forcément utile.

Kiné respiratoire : c’est le kinésithérapeute qui décide !

 

Lors de la consultation chez le kinésithérapeute, votre bébé va une nouvelle fois être examiné. Le praticien écoute sa respiration et le bruit de sifflement caractéristique de la bronchiolite. Il est aussi amené à vous interroger pour connaître notamment le nombre de quintes de toux quotidiennes de votre bébé. Ces informations l’aident à déterminer l’avancement de la maladie et à décider, au cas par cas, si la kiné respiratoire est bien justifiée.

 

 Il existe certaines contre-indications concernant l’âge de l’enfant, son poids et son état général de santé. La prudence est de mise pour les bébés nés prématurément, ou ceux qui ont un poids trop faible par rapport à leur taille. Généralement, les kinésithérapeutes redoublent de vigilance pour les bébés de moins de 3 mois, plus fragiles. Par ailleurs, ils s’assurent auprès des parents que l’enfant ne présente pas d’autres pathologies, pour lesquelles la kiné respiratoire serait inefficace (allergies, asthme, etc.). Si le kiné se déclare inapte à soigner votre bébé, il vous redirigera alors vers l’un des services adaptés.

 

 

 Enfin, il est important d’indiquer au praticien à quand remonte le dernier repas de votre enfant. Les risques de fausse route et de vomissements étant fréquents, il est recommandé de le nourrir 2 à 3 heures avant la séance de kinésithérapie.

 

Kiné respiratoire : le déroulement de la séance

Une fois l’avancement de la bronchiolite constaté par le kinésithérapeute lui-même, la séance peut commencer. La pratique est souvent impressionnante, autant pour les parents que pour les enfants, mais vous pouvez en être sûrs, elle n’est pas douloureuse ! La kiné respiratoire s’effectue dans un cadre réglementé. Le kinésithérapeute fait un massage thoracique en profondeur. Avec la pression et le mouvement de la main, il provoque un drainage des bronches et fait ainsi remonter les sécrétions jusqu’à la bouche du bébé. Le massage provoque la toux, et l’enfant, en crachant, dégage progressivement ses voies respiratoires. S’il ne rejette rien au cours de la séance (ce qui est assez fréquent), cela ne signifie pas qu’elle est inefficace. C’est que le bébé a ravalé les secrétions qui se retrouveront alors dans les selles. Ne vous inquiétez pas non plus si votre enfant vomit, c’est aussi une manière pour lui d’évacuer les sécrétions. Pensez juste à bien à le faire boire pour éviter qu’il ne se déshydrate.

 

La présence des parents facilite souvent la séance. Ainsi, n’hésitez pas à demander à votre kiné de vous expliquer en détail les manipulations effectuées. Vous pouvez, sur son conseil, poser vous-même la main sur le torse de l’enfant afin de sentir l’encombrement des bronches. Vous comprendrez ainsi mieux l’utilité de la méthode.

 

En général, 5 à 6 séances suffisent à dégager l’ensemble des bronches. Si des résultats se font sentir dès les premières séances, le rythme d’une séance par jour doit impérativement être respecté. En effet, le dégagement des bronches doit se faire quotidiennement pour espérer soigner pleinement l’enfant atteint. Les dernières consultations sont souvent plus faciles car le kiné termine doucement de dégager les bronches par un massage moins profond. Il peut arriver que le nombre des séances soit légèrement augmenté, encore une fois le choix se fait au cas par cas. Cependant, il ne doit jamais dépasser 10 séances. Si c’est le cas, le kiné doit renvoyer le bébé chez un spécialiste pour diagnostiquer un autre problème : allergies, asthme…

 

Sauf exception, le bébé retrouve vite l’appétit, le sourire et l’énergie qui le caractérisent. A moins d’une surinfection, les médicaments classiques sont inutiles.

 

 

 


06/03/2018
0 Poster un commentaire

Se faire vacciner contre la rubéole enceinte ?

 

 

 

Peut-on se faire vacciner contre la rubéole enceinte ?

 

 

 

 

vaccin-grossesse1.jpg

 

 

 

 

Contagieuse et particulièrement dangereuse lorsqu'elle est contractée durant la grossesse, la rubéole est une maladie à ne pas prendre à la légère. Alors se faire vacciner est-il possible si vous êtes enceinte ? On vous donne la marche à suivre pour vous prémunir au mieux.

 

La rubéole, qu'est-ce que c'est ?

 

La rubéole est une affection liée à un virus. Particulièrement contagieuse, elle est généralement contractée dans l'enfance et reste la plupart du temps bénigne. Les symptômes sont le plus souvent de la fièvre, une éruption cutanée ou encore une augmentation des ganglions lymphatiques, notamment au niveau du cou ou de la nuque. Le temps d'incubation avant leur apparition est généralement de 2 semaines. Le problème ? Lorsqu'elle est contractée durant la grossesse, la rubéole peut entrainer de graves malformations chez l'enfant à naître. Il est donc essentiel de se protéger.

 

Le dépistage de la rubéole

La plupart des femmes sont immunisées contre la rubéole (95%), soit parce qu'elles ont contracté la maladie lorsqu'elles étaient enfant, soit parce qu'elles ont été vaccinées. Dès l'annonce de votre grossesse, votre gynécologue vérifiera si vous êtes immunisée ou non. Le dépistage de la rubéole est possible grâce à une simple prise de sang, à la recherche des anticorps de la maladie. Il rentre dans le cadre de programmes de dépistage prénatal obligatoire en France. Son objectif : éviter ou limiter le risque d’une atteinte fœtale pouvant se traduire par des séquelles graves, durant la grossesse en cours, ou lors d’une grossesse ultérieure.

 

 

Dans le cas où vous n'êtes pas immunisée, se pose la question du vaccin durant la grossesse. Malheureusement, il n'est pas possible pour une femme enceinte d'être vaccinée contre la rubéole. Seule la vaccination en postpartum (c'est à dire après la naissance) est envisageable, notamment pour se protéger dans le cas d'autres grossesses ultérieures. Ainsi, en l’absence d’immunités vis-à-vis de la rubéole, une vaccination par un vaccin trivalent rougeole-oreillons-rubéole doit être proposée. Mais il est alors nécessaire de s’assurer de l’absence d’une grossesse débutante et d’éviter toute grossesse dans les deux mois suivant la vaccination.

 

Rubéole et grossesse : quelle conduite tenir ?

Si vous n'êtes pas immunisée contre la rubéole et que vous venez d'apprendre que vous êtes enceinte, la vaccination durant la grossesse étant impossible, vous devrez faire preuve de vigilance afin d'éviter de contracter la maladie. Évitez ainsi les contacts avec toute personne qui pourrait être porteuse du virus, tout particulièrement les jeunes enfants.

 

 

 


06/03/2018
0 Poster un commentaire