L'info des familles

Les actualités et événements locaux pour toute la famille...

 


L'école obligatoire dès 3 ans!

 

 

L'école obligatoire dès 3 ans ? Les questions que vous vous posez.

 

 

 3911358268111.jpg

 

 

 

Emmanuel Macron a décidé d'abaisser l'âge de la scolarité obligatoire de 6 à 3 ans, a annoncé l'Elysée mardi 27 mars. Il s'agit là d'une mesure symbolique qui vise surtout à reconnaître la place de l'école maternelle, puisque quasiment tous les enfants la fréquentent déjà à cet âge. 

 

Que disait la loi jusqu'à présent ?

C'est la loi Jules Ferry du 28 mars 1882 qui l'a établi : "L'instruction primaire est obligatoire pour les enfants des deux sexes âgés de 6 ans révolus à 13 ans révolus", détaille le texte. La durée a par la suite été prolongée jusqu'à 14 ans en 1936 et jusqu'à 16 ans en 1959.

 

Selon l'Elysée, la décision d'abaisser l'âge de l'instruction obligatoire à 3 ans traduit la volonté du président de la République de faire de l'école le lieu de l'égalité réelle et une reconnaissance de l'école maternelle comme une véritable école tournée vers l'acquisition du langage et l'épanouissement de l'enfant.

 

Les enfants ne pourront plus manquer l'école ?

Dans certaines zones, le taux d'absentéisme est important, l'école maternelle n'étant pas considérée comme indispensable. "Aujourd'hui, de nombreux enfants de 3 ans ne sont scolarisés que le matin et rentrent chez eux pour déjeuner et faire une sieste, gardés par une nourrice ou leurs parents", décrit Le Figaro.

 

Fini les vacances à la carte et les aménagements à l'appréciation des parents ?

Comme pour les enfants de 6 ans, ceux-là devront "faire connaître au directeur ou à la directrice de l'établissement d'enseignement les motifs de cette absence".Et si mon enfant est scolarisé à domicile il faudra se mettre au travail, même à la maison, dès le plus jeune âge.

 

Comment tout ça va se mettre en place ?

L'école maternelle française est aujourd'hui pointée du doigt à cause de ses effectifs trop importants. Avec 22 enfants pour un enseignant, la France présente en effet un taux d'encadrement plus faible que les moyennes de l'Union européenne, selon une récente note de France Stratégie. "La France est loin des pays nordiques (six pour un en Suède, dix pour un au Danemark et en Finlande) mais aussi de la moyenne européenne qui s’établit à 13 pour un", détaille le rapport.

 

 

 


28/03/2018
0 Poster un commentaire

La trousse homéopathique à emporter en vacances

 

 

La trousse homéopathique à emporter en vacances

 

 

 

 

homeopathie-des-solutions-anti-stress.jpg

 

 

En préparant les valises, on pense à emporter la trousse de premiers soins classique. Mais on oublie souvent l’homéopathie. Une médecine douce qui peut soigner la majeure partie des problèmes courants.

Dans vos bagages, n'oubliez surtout pas de glisser vos indispensables homéopathiques, qui s'avèreront bien précieux en cas de petit pépin. Pour les petits comme pour les grands, ils aideront à diminuer les symptômes désagréables et permettre de profiter correctement du séjour !

 

Le dosage

Allergies d’été

Bleus, coups et bosses

Brûlures

Coup de chaleur ou coups de soleil

Indigestion

Intoxication alimentaire

Jambes lourdes

Mal des transports

Piqûres d’insectes

Stress et anxiété

Toux

 

 

Le dosage

Plus le mal est aigu, localisé, récent, plus il faudra utiliser une dilution faible (5 ou 7 CH). Plus le mal est chronique, général ou ancien, plus il faudra utiliser une dilution élevée (9 ou 15 CH). En cas de doute dans la posologie, demandez conseil à votre médecin ou à votre pharmacien.

 

Allergies d’été

Avec les beaux jours les pollens se multiplient ainsi que les allergies ! Pour soigner les rhumes et rhinites allergiques prenez de l'Allium cepa. Pour les nez bouchés du l'Apis melifica.

 

Bleus, coups et bosses

Pendant les vacances les enfants cavalent, font du sport, se défoulent et ne sont pas à l'abri d'une chute. Alors pour tous les petits bobos du quotidien prenez de l'Arnica Montana.

 

Brûlures

Le Cantharis vous soulage des coups de soleil douloureux, des ampoules ou même des cystites sans fièvre.

 

Coup de chaleur ou coups de soleil

Faites attention en vous exposant au soleil ! En cas de fièvre brutale, de coup de chaleur ou d'insolation c'est l'Aconitum napellus qui est recommandé. En ce qui concerne les brûlures et les coups de soleil prenez de la Belladonna ou du Cantharis.

 

Indigestion

En vacances, on commet parfois quelques excès alimentaire. Suite à un repas trop lourd ou trop arrosé optez pour du Nux Vomica.

 

Intoxication alimentaire

La nourriture étrangère ne réussit pas à tout le monde... En cas de diarrhées ou vomissements prenez de l'Arsenicum album.

 

Jambes lourdes

Pour soulager les jambes lourdes et améliorer la circulation sanguine prenez de l'Hamamelis virginiana.

 

Mal des transports

Le départ en vacances est souvent synonyme de longs trajets en transport. Si vous sentez le besoin d'air frais, que vous avez des bouffées de chaleur optez pour le Tabacum.  En cas de vertiges et de vomissements, choisissez plutôt du Cocculus.

 

Piqûres d’insectes

Avec l'été on peut difficilement échapper à ces satanés insectes. Pour soigner les piqûres qui grattent et démangent, le mieux est l'Apis melifica. Si vous êtes très réactif aux piqûres prenez de l'Echinacea angustifolia ; cela limitera les risques de surinfection.

 

Stress et anxiété

Les vacances sont faites pour se détendre. Mais si cela ne suffit pas, prenez contre l'angoisse ou l'anxiété de l'Ignatia amara. Pour un simple trac du Gelsemium sempervirens suffit.

 

Toux

Envie de se débarrasser de cette vilaine toux qui vous gâche la vie ? Pour les toux grasses prenez de l'Ipeca. Pour les toux sèches, Drosera.

 

 

 


06/03/2018
0 Poster un commentaire

La prime de naissance : tout ce qu’il faut savoir

 

 

 

 

La prime de naissance

 

 

 

 

prime-a-la-naissance-nh45kea5mdygfhkigo6vb8guzp45ri9d0n915iaaa8.jpg

 

 

 

 

Vous êtes enceinte, et savez-vous que vous avez certainement le droit à la prime de naissance versée par la CAF ? Mais sous quelles conditions ? Et quand peut-on la percevoir ? Quel en est le montant ? On vous dit tout sur Neuf Mois et on vous explique comment obtenir cette prime.

 

Pour percevoir la prime de naissance, il faut attendre un enfant et se soumettre au premier examen prénatal médical pendant la grossesse.

 

Quel est le plafond de ressources ?

Vous pouvez bénéficier de la prime de naissance si vos ressources sont inférieures à un certain plafond. C’est le revenu net catégoriel de 2015 qui est pris en compte pour l’examen de vos droits pour l’année 2017. Il ne doit pas dépasser une limite qui varie selon votre situation. La situation de famille est celle du 6ème mois de grossesse, l’enfant à naître comptant pour un enfant à charge.

 

Il y a deux revenus dans le couple lorsque les deux personnes :

exercent une activité professionnelle productrice de revenus ou/et perçoivent des indemnités journalières d’accident de travail ou de maladie professionnelle,

et que chacun de ces revenus a été au moins égal, en 2015, à 5 173 €.

 

Si vous n’êtes pas encore bénéficiaire de la CAF, vous devez :

envoyer la déclaration de grossesse à la CAF dans les 14 premières semaines de votre grossesse

remplir les formulaires Cerfa n°11423*06 (déclaration de situation) et n°10397*18 (déclaration de ressources).

La demande est étudiée au cours du 6ème mois suivant le début de grossesse.

 

Si vous êtes déjà allocataire de la CAF :

Vous devez envoyer la déclaration de grossesse à la CAF dans les 14 premières semaines de votre grossesse. Vous pouvez déclarer la grossesse en ligne sur votre espace personnel CAF.

 

Quel est le montant de la prime à la naissance:

Le montant net de la prime à la naissance s’élève à 923,09 €. En cas de naissances multiples attendues, il est versé autant de primes que d’enfants à naître, sur la base d’une attestation médicale précisant le nombre d’enfants à naître. La prime est versée avant la fin du dernier jour du 2ème mois suivant la naissance ou la justification de la fin de la grossesse. Si les parents perçoivent l’allocation de base de la Paje, les deux prestations sont versées en même temps. Cette somme n’est pas négligeable et peut bien aider les premières dépenses liées à la maternité alors à vos stylos et formulaires.  De plus, renseignez-vous aussi via votre mutuelle complémentaire santé dans votre contrat, vous avez certainement droit à une prime de naissance également, il faudra fournir l’acte de naissance.

 

 

 

 

 


07/01/2018
0 Poster un commentaire

Comment aider sa femme en salle d’accouchement ?

 

 

Futurs papas : comment aider sa femme en salle d’accouchement ?

 

 

 

Actifs ou à deux doigts de tomber dans les pommes, dans les deux cas les futurs papas sont aujourd’hui nombreux à assister à la naissance de leur enfant.

 

 

 

futurs-papas-comment-aider-sa-femme-.jpg

 

 

La présence du futur papa en salle d’accouchement est-elle importante ?

 

 Aujourd’hui la plupart des grossesses sont très largement désirées. Les femmes ne souffrant presque plus, se préparent à accueillir leur bébé dans le calme. Les couples se préparent à devenir parents pendant 9 mois et de plus en plus on voit les pères prendre leur rôle très à cœur. Ils participent en effet plus fréquemment aux soins du bébé puis un peu plus tard à son éducation. Cette situation est bien différente de celle qui existait en France il y a plusieurs années. Aujourd’hui les pères sont même invités à prendre part à des cours de préparation à la naissance, ainsi qu’à des cours d’haptonomie. Ils y apprennent à communiquer avec leur bébé avant sa naissance grâce au toucher et à la leur voix. Savoir que le père participe en amont à l’accouchement est très rassurant pour une future mère.

 

Être le principal soutien psychologique de la future maman, ça ne doit pas être facile ?

 

A Paris, beaucoup de femmes enceintes sont coupées de leur famille proche et de leur mère, notamment pour une raison géographique. Leur mari, qui a suivi la grossesse au jour le jour, est donc la personne la plus réconfortante pour elles. Certains hommes sont souvent mal à l’aise en salle d’accouchement. Ils doivent porter une blouse et des sur-chaussures. Ils n’osent pas bouger de peur de toucher le moindre fil et sont souvent assis sur une chaise peu confortable. Pourtant, même si le milieu hospitalier est stressant, ils réussissent souvent à prendre sur eux pour soutenir leur femme. D’autres tombent dans les pommes après la naissance, et cela à cause de tout le stress accumulé pendant le travail. Au mois de janvier, un père a accompagné sa femme au bloc car elle devait avoir une césarienne. Il voulait absolument filmer les premières minutes de vie de son bébé. Une fois le bout de chou né, je l’ai récupéré pour l’amener en nurserie faire les premiers soins avec le papa. Dans ces moments je suis concentrée sur le bébé et peu sur le père. Dans le cas présent, il filmait son bébé. Quelques minutes plus tard j’ai vu la caméra basculer, j’ai détourné  le regard et aperçu que le papa était en train de tomber dans les pommes, sa caméra toujours à la main… Depuis je leur place une chaise dans la nurserie sur laquelle ils peuvent s’asseoir si jamais ils ont un coup de mou.

 

 

Comment les conjoints peuvent-ils aider la future maman pendant l’accouchement ?

Il y a trois types de maris soutenants :

 

Les “tactiles” 

 

Ils rassurent leur femme grâce au toucher. Ils massent leur épouse grâce à des techniques apprises par exemple en sophrologie ou en cours d’haptonomie. Ces massages soulagent la douleur de la mère et peuvent être associés à des techniques de relaxation. Toutes ces techniques sont  enseignées pendant les cours de préparation à l’accouchement.

 

Les “parleurs”

 

Ils devient l’attention de leur femme  pour qu’elles ne se concentrent pas sur la douleur. Il leurs font des déclarations d’amour ou trouvent toujours des blagues à leur raconter. Il y a peu de temps, un papa est entré dans la salle d’accouchement où était sa femme. Il a enfilé une blouse de médecin, et non celle dédiée aux pères, juste pour la faire rire.

 

 

Les “brumisateurs"

 

Ce sont ceux qui tiennent le brumisateur d’une main ferme pendant tout le travail et mettent de l’eau sur le visage de leur femme dès qu’elles ouvrent la bouche en pensant que ça va  l’aider… Tous ces papas ont leur part d’efficacité car ils dévient l’attention de la femme vers quelque chose de plus agréable. Ils peuvent aussi aider leur femme à rester dans une position correcte. Le père peut par exemple lui relever délicatement la tête lorsqu’elle pousse. En résumé, peu importe l’efficacité du papa pendant l’accouchement du moment qu’il est là lorsque sa femme donne la vie.  C’est un très beau geste d’amour.

 

 

Le papa peut-il participer aux soins du bébé après l’accouchement ?

 

 

En général le père reste aux côtés de sa compagne toute la durée du travail et après l’accouchement. Les soins du bébé se déroulent en présence des deux parents. En cas d’accouchement par les voies naturelles, le père coupe le cordon. Après les soins (examen médical du nouveau-né et prise des mensurations…), il est invité à habiller son bébé pour la première fois. Dans d’autres cas, une césarienne est nécessaire. Le père prend alors une place très importante par rapport au bébé. Il l’accompagne hors de la salle d’opération et passe les deux premières heures en tête à tête avec lui, placé en couveuse ou en peau à peau (le bébé est nu et mis directement contre le torse de son papa). Le fait de faire participer activement à l’accouchement (avant, pendant, après) permet au père d’apprendre à intégrer son nouveau rôle. Devenir papa bouleverse les hommes et bien souvent ils se laissent envahir par l’émotion. A titre personnel, voir les larmes couler sur les joues du papa me touche énormément.

 

 

 

 


13/12/2017
0 Poster un commentaire

Comment gérer la première nuit sans stresser ?

 

 

 

Première nuit avec bébé : comment gérer sans stresser ?

 

 

 

 

premiere-nuit-.jpg

 

 

 

Vous voilà prête à sortir du cocon de la maternité avec votre petit bout ! Impatiente et excitée de retrouver votre chez-vous et de créer un nid douillet à votre enfant mais en même temps angoissée à l’idée d’être toute seule avec ce nouveau-né  dont vous allez découvrir les réactions au fil des jours ! Pour la plupart des parents, la première nuit peut se révéler inquiétante. Peur de mal faire, de ne pas être à la hauteur ! Faut-il dormir avec son bébé ? le laisser dans sa chambre ? Comment doit-on se comporter ?  Une chose est certaine : vous risquez sans doute de passer une nuit blanche !

 

Comment se sentent les parents lors de la première nuit avec les bébés ?

 

Le retour à la maison est un moment d’angoisse. Durant leur séjour à la maternité, les parents sont entourés et aidés, il leur suffit d’appuyer sur un bouton pour avoir un membre du personnel soignant à leurs côtés en quelques minutes. Les biberons sont fournis tout prêt, l’auxiliaire donne le bain avec vous, les infirmières et les sages femmes vous entourent. Souvent, les parents se sentent désemparés face à ce bébé qui exprime ses besoins par des pleurs et il n’y a pas de bouton sur lequel appuyer pour être aidé. Ils vont donc devoir s’adapter, essayer de comprendre leur bébé et répondre par des gestes et soins corrects. Souvent les bébés sont plus éveillés et plus irritables le soir et la nuit est porteuse d’angoisse. D’autant plus qu’il faut surmonter la fatigue physique du à l’accouchement car cela fait souvent plusieurs nuits que le sommeil n’a pas été optimal ! Quel parent ne s’est pas réveillé soudainement pour vérifier que son enfant allait bien, respirait normalement, entre deux biberons ou tétées qui vous réveillent toutes les 3 ou 4 heures .

 

Comment chacun des parents à t-il tendance à se comporter avec l’enfant ?

 

Il s’agit pour le papa souvent de la première nuit avec son bébé donc pour lui c’est un grand changement, il va devoir trouver la juste place entre son épouse devenue la mère et son enfant. Pendant quelques jours chaque membre de la famille va devoir s’adapter et trouver sa place

Quels sont les gestes à pratiquer la première nuit avec bébé ?

 

Le retour à la maison est un chamboulement pour le bébé , certains ne veulent pas se détacher du sein de leur maman , d’autres ont besoin d’être câlinés. Dans un premier temps il est conseillé de faire dormir votre bébé dans un couffin ou un petit berceau car les parois sont plus près de lui et cela lui rappelle sa vie in utéro. Sentir des limites le rassure. Ensuite, vous pouvez garder le berceau de votre bébé près de votre lit.

 

Cela a plusieurs avantages: Moins de trajet à effectuer en pleine nuit pour le rassurer quand il se réveille.  Le bébé a besoin de savoir que sa maman n’est pas loin en sentant son odeur et en entendant sa voix. Pour cela n’hésitez pas à lui chanter des berceuses, à lui parler doucement, à tenir des propos rassurants.  Vous pouvez lui faire écouter une chanson calme, la même tous les soirs pour que cela devienne une habitude agréable pour lui.

 

Comment dormir sereinement la première nuit avec bébé ?

 

Pour dormir sereinement, il suffit d’éviter les facteurs pouvant favoriser la mort subite du nourrisson. Pour cela respectez les consignes suivantes: coucher votre bébé sur le dos,  dans un lit à barreaux et un matelas ferme, adapté aux dimensions du lit,  sur un drap housse, dans une gigoteuse. Évitez de mettre une peluche à côté de sa tête, placez-les au pied du lit. Maintenez une  chambre tempérée à environ
20°C et aérée quotidiennement. Ne dormez pas dans le même lit que votre bébé, placez son berceau à côté de votre lit. Et n’oubliez pas de dormir quand votre bébé dort, jour comme nuit !

 

 

 


09/12/2017
0 Poster un commentaire